Orphelins de Duplessis

le 13 sept. 1999


Le Comité des orphelins de Duplessis - LES ORPHELINS DE DUPLESSIS LANCENT UN BOYCOTT DU PANIER DE QUETE DE L'EGLISE

Lors d'une conférence de presse tenue aux portes de l'Archevêché de Montréal, le Comité des orphelins de Duplessis a demandé aux fidèles de boycotter la quête dominicale effectuée par les églises catholiques en signe d'appui à leur cause et afin d'envoyer un message clair aux prélats de l'Eglise. De plus, il a suggéré à tous ceux dont la conscience dictera de respecter ce boycott, de faire plutôt parvenir les dons qu'ils effectueraient normalement à Centraide et ce, tant et aussi longtemps que l'Eglise catholique n'assumera pas ses responsabilités en reconnaissant ses torts et en indemnisant les victimes d'abus. L'annonce de ce boycott survient après une attente interminable.

En effet, cela fait déjà plus de sept ans que le Comité espère que l'Eglise agisse et reconnaisse leurs torts envers ces innocentes victimes. De plus, au cours des derniers mois seulement, six requêtes écrites demandant une rencontre et des réponses précises à des questions furent adressées au Cardinal Turcotte, ceci après que les bureaux de Mgr Turcotte et Mgr Morissette, président de l'Assemblée des Evêques du Québec, aient émis conjointement, le 31 mars dernier, (il y a de cela plus de cinq mois) un communiqué annonçant qu'ils exploraient ``des pistes de solutions'' et après qu'ils aient ignoré les nombreuses demandes écrites à être consulté par le Comité. Le Comité des orphelins de Duplessis, a également annoncé qu'il n'hésitera pas à entreprendre d'autres actions à court terme, si ses justes revendications continuent d'être ignorées par l'Eglise.

Bruno Roy, président du Comité a déclaré à cette occasion : ``Etant donné le silence honteux de l'Eglise et les délais indus des autorités religieuses à indemniser les victimes et puisque le Cardinal Turcotte et Mgr Morissette réagissent comme des chefs d'entreprise, qui fuient leurs responsabilités morales et financières vis-à-vis les victimes; nous sommes en droit de mettre en marche un boycott du financement de l'Eglise catholique qui s'appuie sur des faits historiques indéniables, à savoir :

Que les communautés religieuses n'ont pas respecté leur obligation de garde, de soin et d'éducation des enfants dont ils avaient la charge suite aux ententes prises avec le Gouvernement du Québec;

que les communautés religieuses impliquées en collaboration avec le Gouvernement Duplessis ont participé à faussement déclarer des enfants normaux ``débiles mentaux'' pour parvenir à leurs fins, soit leur transfert dans des hopitaux psychiatriques afin que les coûts de leur garde soient assurés par le Gouvernement fédéral;

que les médecins, à l'emploi des communautés religieuses, ont établi de faux diagnostics de débilité mentale afin de permettre le transfert d'enfants normaux vers des asiles psychiatriques causant ainsi de graves préjudices physiques et psychologiques suite à leur internement illégal;

que ces faux diagnostics ont entraîné l'internement d'enfants et la perte de leurs droits humains les plus fondamentaux;

que cette situation a bénéficié financièrement aux communautés religieuses permettant à celles-ci de toucher des subventions plus élevées du Gouvernement;

que les communautés religieuses n'ont pas respecté leur obligation à donner une instruction adéquate, suspendant l'éducation des enfants dont ils avaient la charge (contrairement aux lois en vigueur à l'époque);

que des pertes importantes ont résulté du manque d'instruction et de formation des victimes, puisque toute éducation des enfants cessa lorsqu'ils furent transférés dans des asiles psychiatriques;

que les enfants ont constitué une main-d'oeuvre gratuite pour le travail effectué pour le bénéfice des communautés religieuses et des cultivateurs pendant leur internement illégal;

que l'état dans lequel les enfants ont été maintenus, a entraîné une perte d'intégrité physique et psychologique;

que les torts et préjudices subis par les victimes ont hypothéqué leur avenir à tout jamais;

que les communautés religieuses et l'Eglise catholique refusent toujours de reconnaître leur passé et leur réalité d'adultes handicapés par une jeunesse frappée d'ostracisme;

C'est pourquoi, nous, du Comité des orphelins de Duplessis, demandons à la population qui désapprouve ces gestes de l'Eglise catholique, elle, qui refuse d'agir afin de reconnaître et réparer ses torts, de bien vouloir boycotter le panier de quête tant et aussi longtemps que l'Eglise catholique refusera de reconnaître ses responsabilités, d'indemniser les victimes et de leur rendre enfin justice.''

Le boycott débutera dimanche, le 3 octobre prochain, date à laquelle les victimes se présenteront devant les portes des église avec des feuillets expliquant la situation et invitant les fidèles à ne plus verser la dîme du dimanche. Toute personne qui désire participer au support du boycott du panier de quête, soit par la distribution de feuillets d'information devant les églises ou encore qui voudrait offrir tout autre appui, peut communiquer avec le Comité des orphelins de Duplessis au (514) 521-1954.


Le Quebec Societe Distincte de L'Injustice
Index du Site

Make your own free website on Tripod.com