DUPLESSIS' ORPHANS

Copied from Le Devoir

Le jeudi 16 septembre 1999


L'Église sert une fin de non recevoir aux orphelins de Duplessis

Louise Leduc

Pas d'excuses, pas de compensations financières. Point final. L'Église du Québec a opposé hier une fin de non-recevoir aux demandes des orphelins de Duplessis et espère ainsi clore le débat.

«D'abord, l'Église n'entend pas présenter d'excuses à ceux et celles qui s'identifient comme les orphelins et les orphelines de Duplessis parce qu'un tel geste constituerait un désaveu du travail historique accompli dans des conditions difficiles par les communautés religieuses», a déclaré hier en conférence de presse Mgr Pierre Morissette, évêque de Baie-Comeau et président de l'Assemblée des évêques du Québec, aux côtés du cardinal Jean-Claude Turcotte, archevêque de Montréal, et de Mgr Maurice Couture, archevêque de Québec.

Deuxièmement, a-t-il poursuivi, l'Église «n'entend verser aucune contribution financière à des individus ou à un fonds destiné à venir en aide aux orphelins de Duplessis. De plus, nous estimons que l'Église a déjà donné beaucoup et qu'elle continue de donner généreusement. En outre, nous sommes prêts à poursuivre les actions communautaires que nous menons depuis des années et à les inscrire dans la démarche d'accompagnement instituée par le gouvernement du Québec».

Après lecture de cette déclaration, le trio d'évêques a fait face à un barrage de questions d'une vingtaine de journalistes qui avaient fait le voyage jusqu'à Cap-de-la-Madeleine pour l'occasion. Un dernier rendez-vous, souhaite l'Assemblée des évêques qui, dans le communiqué de convocation de la presse, soulignait en gras «qu'une fois la conférence de presse terminée, Mgr Morissette et le cardinal Turcotte ne donneront plus d'entrevue sur ce sujet».

Les trois évêques présents hier ont encore une fois reporté toute la faute originelle sur les familles des orphelins de Duplessis. «Être privé du contact et de l'affection des membres de sa famille constitue, en soi, une blessure dont les cicatrices sont profondes. Nous compatissons de tout cur avec ces orphelins qui, placés en institution ou abandonnés par leur famille, ont eu à vivre une telle enfance.»

À maintes reprises, les évêques ont nié que les médecins, à la demande du gouvernement et de l'Église, avaient falsifié des dossiers médicaux d'enfants sains d'esprit pour procurer aux communautés religieuses les plus généreuses subventions fédérales réservées aux soins de malades mentaux et ainsi leur permettre de joindre les deux bouts.

De faux diagnostics?

L'Église était-elle au courant de ces faux diagnostics?, a demandé un journaliste. La réponse, de Mgr Morissette: «Nous reconnaissons que la situation de ces enfants n'était pas facile. Qu'il y ait eu de faux diagnostics, c'est possible, mais ce n'est pas à nous d'en juger. C'est à la profession médicale. Les religieuses n'ont pas établi de diagnostics.»

Étiez-vous au courant de ces faux diagnostics?, a demandé le journaliste. «Je n'étais pas là, je ne peux pas répondre à cela», a enchaîné Mgr Morissette.

Si les trois évêques ont dit avoir arrêté leur position au terme d'intenses discussions avec les communautés religieuses (celles des Surs de la Providence, de la Charité de Québec et des Petites Franciscaines de Baie-Saint-Paul), leurs déclarations sont ici en contradiction avec celles des Surs de la Providence.

Dans un texte publié intégralement dans la page Idées du Devoir du 29 avril 1999, Marie-Paule Levaque, sur de la Providence, citait sans détour la supérieure de sa congrégation qui, en 1954, constatait que l'uvre d'éducation au Mont-Providence, telle qu'exercée jusqu'alors, «était considérée par les autorités gouvernementales comme n'étant pas de première importance».

La supérieure, encore citée par sur Levaque, écrivait que «des subsides ne nous seraient accordés qu'à la condition de transformer Mont-Providence en hôpital psychiatrique et d'en faire une succursale de l'hôpital Saint-Jean-de-Dieu. Il faudrait sacrifier l'école normale établie depuis 15 ans en relation avec l'école d'application de Mont-Providence pour la formation de professeurs spécialisés aux arriérés mentaux [sic]. Ce n'est qu'à ce prix que les gouvernements, provincial et fédéral, consentiraient à aider l'institution».

Le 12 août 1954, le ministère de la Santé adopte un arrêté en conseil et alloue un montant de trois millions de dollars pour l'amélioration et la transformation du Mont-Providence. Les enseignants quittent l'institution, transformée du jour au lendemain en asile.

Par leur position d'hier, les évêques se trouvent aussi à désavouer l'enquête de 1997 du Protecteur du citoyen, Daniel Jacoby, qui, s'appuyant sur l'historienne Marie-Paule Malouin, relevait qu'«un certain nombre d'enfants qui se trouvent au Mont-Providence lors du changement d'orientation y demeurent». Ceux-là, écrit plus loin le Protecteur du citoyen, «ont alors subi des traitements destinés aux véritables malades: électrochocs, lobotomies, isolement en cellule parfois pendant des années, bains glacés, enchaînement, diète alimentaire forcée, camisole de force».

Mise en contexte

En conférence de presse, les évêques ont plutôt insisté sur le sort qui aurait été réservé aux enfants si l'Église ne les avait pas pris en charge. Mgr Turcotte a rappelé qu'à l'époque, «les ratios d'un professeur pour 28 élèves n'étaient pas en place. À Saint-Jean-de-Dieu, on n'avait qu'une sur pour s'occuper de 100 patients. Ce n'étaient pas des semaines de 37 heures et demie. Les vacances, ça consistait en une semaine de retraite pour prier le Bon Dieu et pour prendre des cours sur des notions encore pas très avancées».

À un journaliste qui lui demandait s'il avait l'impression que les communautés religieuses avaient servi de «cheap labor» sous le régime duplessiste, Mgr Turcotte s'est exclamé: «Pour moi, c'est une évidence!»

Mgr Turcotte s'est aussi plaint de ce que le portrait de l'époque brossé par les médias est vu comme une profonde injustice par les religieuses qui se sont dévouées corps et âme. «On ne corrigera pas une situation malheureuse [celle des orphelins de Duplessis] en permettant une injustice à l'endroit des religieuses qui ont été les seules à les prendre en charge.»

La crainte de nouvelles poursuites judiciaires a-t-elle pesé lourd dans la décision de l'Église de ne s'excuser en rien et de ne se reconnaître aucun tort? «Je dirais que ce n'est pas la raison première», a dit Mgr Turcotte, ajoutant que les dirigeants de l'Église n'étaient pas des présidents d'entreprise, «contrairement à ce qu'on a pu affirmer. Je lis les journaux, moi aussi».

À l'occasion de l'an 2000, le pape Jean-Paul II a annoncé son intention de présenter ses excuses, au nom de l'Église, pour des erreurs ou des injustices historiques dont elle est responsable. L'Église du Québec entend aussi faire son examen de conscience, mais il ne faudra pas s'attendre à des demandes de pardon très personnelles. «Il y a des choses dans l'Église qui appellent des excuses», a avoué Mgr Turcotte. «Nous-mêmes, en 1990, à l'occasion du 40e anniversaire du vote des femmes, nous nous sommes excusés au nom de nos prédécesseurs qui s'y étaient opposés. Il y aura sans doute d'ici la fin de l'année des situations où nous reconnaîtrons que nous n'avons pas été à la hauteur du message que l'on porte ou que l'on n'a pas été aussi généreux qu'on aurait pu l'être.» Par contre, a ajouté Mgr Turcotte, «quand il s'agit de cas particuliers, là, c'est plus délicat. La vérité a ses droits».

Manifestement amer à cause des nombreuses demandes d'entrevues dont il avait été l'objet quand des manifestations d'orphelins s'étaient tenues à la porte de l'Archevêché de Montréal, Mgr Turcotte a rappelé que la position de l'Église n'était pas de son ressort et qu'il n'en n'était pas son porte-parole. «Bien que je sois cardinal, je ne suis pas patron de l'Église du Québec.»

Ceci dit, Mgr Turcotte s'est prêté de bonne grâce aux questions des journalistes, hier, et, des trois évêques, il est celui qui a répondu au plus grand nombre d'entre elles.

Une position méprisante

Tout au long de la déclaration des évêques, le porte-parole des orphelins de Duplessis faisait le pied de grue à l'extérieur de la maison de la Madone où avait lieu la conférence de presse. Après le refus servi par l'Église, Bruno Roy, écrivain de son métier, fulminait plus que jamais, la voix étranglée par l'émotion. «À l'insulte, ils ont ajouté le mépris. Quand je pense que le pape vient de dire que l'Église allait reconnaître ses torts historiques. Vraiment, pas de doute, le Québec forme vraiment une société distincte.»

Encore une fois, a noté Bruno Roy, l'Église, en accusant les mères d'avoir jeté leurs enfants à la rue, évacue totalement le fait que ce soit le discours de l'Église elle-même qui ait provoqué ces abandons. «"Vous êtes des pécheresses!", leur rappelait-on.»

Lire aussi la déclaration des évêques

Make your own free website on Tripod.com